Pourquoi haïr le Bitcoin ? Mes 3 raisons du côté des banques et gouvernements !

Faites découvrir à vos amis !

Nous avons vu voir dans l’actualité qu’une banque portugaise avait décidé de bloquer un de ses clients pour avoir voulu acheter des bitcoin. Et pourtant, il n’y a aucune réglementation en vigueur qui autoriserait une banque a réalisé sans raison ce type d’opération. Nous pouvons en déduire que le bitcoin dérange jusqu’au point de vouloir le rendre illégale puisque c’était l’argument de cette grande banque portugaise à la suite de cette affaire.

C’est pourquoi, aujourd’hui, je voulais creuser avec vous les raisons pour lesquelles les banques et les gouvernements détesteraient le bitcoin.

Voici ma liste qui me vient à l’esprit où je détaille mes propos. Cette liste n’est pas exhaustive, ce n’est que mon propre avis, si vous en avez d’autre ou voulait partager un de mes points de vue, alors, n’hésitez pas à l’écrire en dessous en commentaires.

Ma 1er raison : les banques auraient moins de revenus de nos transactions

Les grandes banques à Paris

Vous allez me dire, mais non romain, il y a toujours les plateformes d’échange qui font l’intermédiaire pour acheter des bitcoins. Je suis d’accord avec vous, mais comment ferions nous pour obtenir des bitcoins ? C’est comme pour l’échange d’euros en dollars, il vous faudra toujours un intermédiaire.

Quand je vous parle d’aucun intermédiaire, par exemple, c’est par rapport à un virement entre une personne qui veut transférer des bitcoins à un ami à lui.
Si on veut réaliser un virement entre 2 banques différentes, cette opération va être traiter par un banquier pour que la transaction soit réalisée.

Alors que si on réalise la même transaction avec la même somme en bitcoin, celle-ci va être beaucoup plus rapide car sans aucun intermédiaire. Voilà l’un des nombreux atouts qu’apporterait le bitcoin dans notre vie quotidienne.

Mais alors, pourquoi la banque le détesterait ? Tout simplement, car il aurait une baisse des transactions sur le compte de leur client. Par conséquent, qui dit baisse des transactions voudra dire moins de revenu car chaque transaction apporte des revenus à la banque.

Ma 2e raison : les banques auraient moins d’argent à placer

Pour mes lecteurs qui ne le savent pas encore, lorsque vous placez votre argent à la banque, elle ne reste pas sur un compte bancaire sagement. Ne me croyez pas sûr parole et faites vos propres recherches par vous même. Voici un article intéressant qui peut vous apportez des réponses à cette question.

sur google: contrepoints.org/2013/05/14/124190-deposer-de-largent-sur-un-compte-cest-preter-aux-banques

« Mais où est mon argent alors ? »

un manque à gagner important

Pour répondre à cette question épineuse, votre argent est placée par votre banque sur des titres financiers bien plus rémunérateur que votre livret à 0,75 %. Lorsque vous placez votre argent à la banque, cette somme s’en va donc sur ce type de placement et la banque vous doit donc cette somme d’argent. Voici donc à quoi correspond ces sommes inscrites sur votre compte bancaire et donc, lorsque l’on parle de l’épargne des Français, on parle de la dette des banques auprès des Français.

Ainsi, je voulais en venir à la crise des subprismes. Nous savons que le bitcoin est né en 2009 je vous le rappelle après la crise des subprismes (en anglais : subprisme mortgage crisis) qui démarre en juillet 2007 et se termine en 2011. Pour rappel, il s’agit d’une crise immobilière venant des Etats-Unis qui a touché chaque pays plus ou moins fortement suivant les relations qu’elles avaient avec les banques qui sont tombées en Amérique du Nord.

Durant cette crise, les banques avaient réalisé des prêts hypothécaire auprès de personnes à faible revenu qui auraient dû mal à rembourser. Pour faire court, un prêt subprisme durant cette crise était un prêt (hypothécaire) immobilier particulièrement à risque avec des taux faibles au début puis qui augmentaient. Au total, la somme d’argent à rembourser était plus élevé qu’un prêt normal. Nous voyons bien que les banques prennent des risques avec notre argent en utilisant des outils financiers à risque pour notre économie mondialisée.

Ma 3e raison : le gouvernement ne peut pas taxer le Bitcoin

le bitcoin est difficilement traçable pour le taxer. Ainsi, comme la juger la justice européen en 2015 : la cours de justice a tranché selon la règle européen qui oblige les États membres a exonéré : « les devis, les billets de banque et les monnaies qui sont des moyens de paiements légaux ».

Cette monnaie digitale qui est le bitcoin n’est pas une devise crée par la Banque centrale néanmoins, elle permet d’acheter des biens et service et est donc considéré comme un moyen de paiement par la justice européenne.

Macron n’a pas pu taxer le bitcoin

Le gouvernement s’alarme de cette monter des investissements dans le bitcoin car il n’a plus la main mise sur cet argent en dehors du système. Par contre, les banques connaissent tous vos virements envoyés sur les plateformes d’échange et ces informations sont envoyées aux fiscs ainsi que à TRACFIN (Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins) malgré de petite somme.

Cela ne veut pas dire que vous êtes dans l’illégalité, pas du tout, c’est totalement légal et autoriser d’acheter du Bitcoin. Il faut juste ne pas oublier de déclarer ses gains sinon il vous rappelleront à l’ordre d’une manière ou d’une autre. Et si le fisc a le moindre doute sur les sommes que vous avez obtenues comparé à votre train de vie actuel, il utiliserons l’outil ultime: la taxation d’office !

Ainsi, il est intéressant de voir que le bitcoin fait grincer des dents de nombreux intermédiaires avec en première position les banques puis l’état et sûrement d’autres acteurs économique …

Et vous, qu’en pensez-vous ? Avez-vous en tête d’autres raisons pour lesquelles on pourrait détesté le bitcoin ? Avez-vous en tête d’autre organisme qui pourrait être déranger par cette nouvelle monnaie ?

N’hésitez pas à répondre en commentaire juste en dessous  et à poser vos questions ! 🙂

Laisser un commentaire

Nom *
Adresse de contact *
Site web